VOS CANDIDATURES
NOS CONSEILS

Espace Conseil - Ambitionner l’International

Partir étudier à l’étranger est la garantie de bénéficier d’une formation enrichissante alliée à une formidable expérience personnelle.

  • Les atouts d’un départ à l’étranger :
    - C’est tout d’abord l’opportunité de maîtriser une langue étrangère.
    - La découverte d’une autre culture, d’un autre mode de vie. Cela représente un fort enrichissement personnel !
    - Le développement de qualités d’adaptation et d’intégration, l’acquisition d’une certaine maturité.
    - Répondre aux exigences du marché du travail, les recruteurs étant de plus en plus sensibles aux profils ouverts à l’international et ce pour les multiples raisons évoquées auparavant.

Eduniversal à l'international

Retrouvez les résultats de notre classement des masters internationaux sur www.best-masters.com
30 spécialités, les masters de 154 pays évalués et comparés... Un outil unique pour conjuguer « master » et « mobilité internationale » !

Bien sélectionner sa formation à l’étranger :

  • Bien choisir sa formation en France :
    - Aujourd’hui, énormément de programmes (masters, MBA…) permettent d’effectuer une partie du cursus à l’étranger. En les privilégiant, vous facilitez la démarche de dépôt de votre candidature.
    - Certains de ces programmes novateurs peuvent parfois conduire à l’obtention d’un double diplôme.
    - Intégrer certaines universités ou écoles à l’étranger nécessite un certificat de réussite aux différents tests de langue (TOEFL, GMAT...), pensez à bien vous renseignez au préalable.
    - Faire le choix d’être diplômé d’une formation française, c’est (très) souvent bénéficier de frais de scolarité bien moins élevés que dans un autre pays du monde.
  • Postuler directement au sein d’une université ou école étrangère :
    - Vous êtes réellement plongé dans un contexte international, et ne bénéficiez pas des avantages des étudiants étrangers. L’immersion est totale et l’expérience multiculturelle unique.
    - Définissez bien l’université la plus en adéquation avec vos attentes et vos exigences.
    - Renseignez-vous, votre diplôme initial n’est pas nécessairement reconnu à sa juste valeur, la lisibilité du système académique français à l’étranger est encore trop faible et La Sorbonne demeure comme une référence quasi-exclusive.
    - Préparez vos tests de langue (TOEFL, GMAT…), car ils vous seront certainement nécessaires.
    - Les coûts de formation sont plus élevés qu’en France, cela suppose de trouver le financement.

Préparer son départ… et son retour :

Un départ pour l’étranger se prépare longtemps à l’avance afin de profiter pleinement de votre intégration et de vos premières semaines de cours.

  • Gérez votre budget. Définissez votre projet de financement en amont de votre formation. Pensez à vous renseigner sur les bourses existantes, elles sont nombreuses (Conseil Général, Régional, Ministère des Affaires étrangères…).
  • Développer votre réseau. Préparez votre arrivée en amont, en réglant les détails liés à l’hébergement, aux transports... N’hésitez pas à contacter les différentes associations étudiantes qui vous viendront en aide dans vos démarches.
  • Préparez votre retour. Le choc culturel qui suit le retour en France existe bel et bien, aussi pensez d’ores et déjà, avant de rentrer, à planifier vos activités, reprises de contacts pour éviter cette sensation de « vide » assez symptomatique de ce genre d’expérience.

CONSEIL Eduniversal

Il est important, dans le cadre de son projet professionnel, d’étendre ses recherches à l’International. Trouver un master 2, ou un MS, à l’étranger peut vous permettre de combiner l’expérience multiculturelle et l’apprentissage d’une langue au besoin de spécialisation de votre cursus.

EDUNIVERSAL vous permet d’accéder à une information claire et exhaustive et de mettre en lumière les 1 000 business schools dotées d’un rayonnement international manifeste et d’un souci d’excellence avérée.

Espace Conseil - Les principales appelations à BAC +5/+6

Formations Bac +5 en université

Master Professionnel
Enseignement théorique, stage de 3 mois au minimum et rédaction d’un rapport de stage Correspond à la 2e année du cycle master, année où la spécialisation est beaucoup plus marquée Acquisition professionnelle et insertion dans la vie active mais possibilité de poursuivre au-delà par un MS ou un MBA
Master Recherche
Enseignement théorique, rédaction et soutenance d’un mémoire (certains programmes prévoient même un stage en sus) Correspond à la 2e année du cycle master, année où la spécialisation est beaucoup plus marquée Acquisition des méthodes en vue de la poursuite en doctorat mais possibilité de l’utiliser comme équivalent d’un master professionnel
Possibilité d’être en stage à temps partiel en parallèle
DU de niveau Bac +4/5
Formation universitaire pointue Démarche de spécialisation Possibilité de suivre en complément d’un master ou d’une activité professionnelle
Magistère
Formation à vocation professionnelle sur 3 ans, accessible après un Bac +2 En marge du système LMD mais réputé pour l’excellence du contenu académique Obtention d’un double diplôme : magistère auquel est associé un master professionnel ou un master recherche

 

Formations Bac +5/6 en école de management et d’ingénieurs

Mastère Spécialisé – MS, label CGE
Formation post-diplôme (après Bac +5 prioritairement) à orientation professionnelle Enseignement théorique, mission professionnelle, rédaction et soutenance d’une thèse professionnelle Acquisition soit d’une spécialisation, soit d’une double compétence
Mastère en Sciences
Formation destinée principalement aux titulaires d’un M1, ne pouvant être inférieure à 3 semestres, répartie sur une durée maximale de 3 ans Enseignement théorique, travaux pratiques, travaux de groupe et travail personnel, mission en entreprise ou laboratoire de recherche d’au minimum 4 mois, débouchant sur la soutenance d’un mémoire de recherche Référentiel international d’où enseignements en langue anglaise prioritairement
Master of Science
Formation sur 2 ans, accessible après un Bac +3 Préparation à des fonctions qualifiées en entreprise ou à des études doctorales Forte orientation internationale dont le recrutement dépasse largement les frontières
Autres Masters, MBA spécialisés et 3e cycles
Programmes proposés par les écoles n’appartenant pas à la CGE Programmes bénéficiant d’autres types de reconnaissance ou labels (homologations officielles, certifications professionnelles…)  

 

MBA

MBA full-time
Formation internationale de haut niveau de management, à temps plein, durant entre 12 et 24 mois.
Combine pratique et théorie. Existence de MBA spécialisés dans un secteur ou une région.
MBA juniors
Accueillant des jeunes cadres ou jeunes diplômés
MBA seniors
Suivis par des personnes ayant au moins 4 ans d’expérience
MBA part-time - Executive MBA
Programme enseigné dans plus de 120 pays.
Jouissance d’une reconnaissance internationale, aujourd’hui possible grâce à la mondialisation.
MBA part-time
Formation conçue pour les personnes souhaitant conserver leur activité professionnelle.
Tremplin pour la carrière et le salaire. Les cours se déroulent le soir ou le week-end et durent en moyenne 18 mois.
Executive MBA
Formation moins longue, s’adressant à des cadres expérimentés.
Préparation à un poste de haut directeur ou à un poste de management à l’étranger.
La plupart du temps, c’est l’entreprise qui propose cette formation en vue d’une promotion professionnelle.

Espace Conseil - Bien choisir son Master

La cohérence d'un master avec votre projet professionnel doit toujours être votre premier critère pour déterminer les programmes qui vous conviennent. Soyez pertinent entre votre formation d’origine et les débouchés réels auxquels vous aspirez.

  • Méthodologie pour bien faire ses choix d’études : :
    - Identifier son rapport aux études (Théoriques ? Pratiques ? Seul ? En groupe ?)
    - Déterminer les matières pour lesquelles on a de l’intérêt (Ne pas s’arrêter aux seuls résultats obtenus précédemment)
    - S’interroger sur sa future insertion professionnelle (Interroger les professionnels des secteurs qui vous intéressent)
    - Être « proactif » ! Entreprendre les démarches nécessaires (Salons étudiants, stages, recherches minutieuses…)
  • Préciser son projet professionnel : l’équipe Eduniversal s’attache à le souligner, le projet professionnel est essentiel au choix de sa poursuite d’études. Cela ne signifie pas qu’il faille définir un plan de carrière d’une précision irréprochable, mais votre volonté d’intégrer un master en particulier doit être guidée par un besoin de compétences cohérent, en adéquation avec vos objectifs professionnels.
  • Les principaux critères pour choisir son master :
    - Le contenu de la formation : contenu des programmes, volume horaire, centre de recherche rattaché, intervenants et professeurs…
    - La reconnaissance et la notoriété : reconnaissance de type académique, reconnaissance professionnelle, notoriété de l’établissement, classement du master…
    - L’environnement de la formation : environnement culturel (avec et par qui vais-je être formé ?), matériel (locaux, infrastructures…), pédagogique (les autres spécialisations qui s’offrent à moi ?)
    - Les liens avec le monde du travail : quel est le dynamisme du service emploi ? Mise en relation avec des professionnels ? Quel est le niveau du salaire de sortie moyen ? La durée des stages proposés est-elle suffisante ? Existe-t-il un réseau des anciens ?
    - L’international : place donnée aux langues ? Echanges « Erasmus » prévus ? Elèves ou professeurs étrangers ? Nombres de Palmes Eduniversal ?
    - Les données matérielles et logistiques : rythme de la formation (plein temps ou non) ? Coût de la formation (ne pas s’arrêter au seul prix, et percevoir l’investissement sur le long terme) ? Critère géographique ?

Espace Conseil - EDUNIVERSAL : Carte d’Identité

EDUNIVERSAL en 5 points

  • Une cartographie mondiale de 1 000 business schools réparties par zone géographique et par pays selon 5 critères d’évaluation :
    - Les dépenses nationales d’éducation par habitant
    - Le PIB
    - La densité de la population
    - Le nombre d’étudiants du supérieur
    - Le « paysage éducatif local » (établi selon le nombre d’établissements dédiés à l’éducation secondaire dans le pays et la dimension historique de la tradition éducative nationale).
  • La seule sélection conçue comme un métasystème qui propose une synthèse des outils d’évaluation nationaux et internationaux des écoles et universités. Les accréditations obtenues par les écoles et universités, leur niveau de reconnaissance étatique, les principaux classements, la participation à des associations académiques internationales, l’avis d’experts internationaux, les réseaux des partenaires et des deans, les principales études parues...
  • Un Comité Scientifique International composé de 9 experts, tous reconnus dans leur zone d’influence académique et à l’international.
    Doyens ou anciens doyens de business schools prestigieuses, dirigeants d’associations académiques internationales, membres de réseaux de deans…
  • Un principe de notation des écoles selon leur degré de « rayonnement international ».
  • Un outil d’aide à la décision en ligne qui sera enrichi de multiples recommandations de professionnels (deans des 1 000 business schools sélectionnées, recruteurs, communautés d’élèves et d’anciens élèves).

Le comite Scientifique Eduniversal

Caution de l’éclairage unique qu’apporte Eduniversal et de la nouvelle approche qu’est la Sélection Officielle, le Comité Scientifique International est le garant de la qualité des travaux et de la méthodologie de travail d'Eduniversal. Il est composé de :

9 membres experts indépendants et non rémunérés, représentant les 9 zones académiques du monde :
- Afrique, Eon Smit ;
- Amérique Latine, Edson Luiz Riccio ;
- Amérique du Nord, Charles Moyer ;
- Asie Centrale, Aneeta Madhok ;
- Eurasie & Moyen Orient, Nehme Azoury ;
- Europe de l’Est, Virginijus Kundrotas ;
- Europe de l’Ouest, Axel Schmacher ;
- Extrême Orient, Sung Joo Park ;
- Océanie, Michael Wood.

1 membre Masters Ranking : Pr. George M. Jabbour.

1 membre exécutif : Martial Guiette, le P.-D.G. et fondateur de Eduniversal.

Espace conseil : La spécialisation

Rentrer dans une logique de spécialisation peut vous permettre de répondre aux besoins spécifiques d’une fonction ou d’un environnement professionnel particulier. Une démarche visant à se diriger vers une spécialisation très marquée peut tout à fait être dictée par votre projet professionnel.

  • Les atouts de la spécialisation :
    - La stratégie de spécialisation vous octroie un niveau d’expertise précis, une « hyper spécialisation » recherchée pour certains postes.
    - Une spécialisation est – et doit toujours être ! – complémentaire avec votre parcours académique. Gare aux diplômes redondants !
    - Un CV enrichi d’une formation spécialisée est de nature à rassurer un employeur potentiel.
  • Candidature et sélection pour les masters spécialisés : Il vous faudra démontrer au jury en quoi cette spécialisation est indispensable pour votre formation. Derrière l’idée de « spécialisation » se cache l’idée d’une opérationnalité immédiate de l’intéressé, sur le marché du travail. Ne vous en tenez pas à la seule réputation du programme que vous désirez intégrer, travaillez en amont sur votre réelle motivation à intégrer l’univers professionnel visé.

Des domaines qui nécessitent une spécialisation

  • LA FINANCE : préciser son projet et choisir une spécialisation adaptée
    Les matières financières sont très étendues et peuvent correspondre à des métiers très différents. Il n’est pas possible de réussir à un poste élevé sans acquérir des compétences extrêmement pointues. Ainsi, l’étudiant devra d’abord s’interroger pour savoir s’il est désireux de poursuivre plutôt en finance d’entreprise ou plutôt en finance de marché. Ensuite, il devra, à l’intérieur de ces deux branches, privilégier une orientation précise. Par exemple : trading ou back office en finance de marché ou bien trésorerie ou ingénierie financière de haut de bilan en finance d’entreprise.
  • LE DROIT : spécialisation et double compétence recommandées
    Il n’est pas concevable pour un juriste ambitieux qui n’a pas fait le choix de la double compétence, d’écarter l’idée de suivre une formation spécialisée. Les spécialisations sont ici légion : la fiscalité, le droit des activités commerciales, le droit de la propriété intellectuelle, le droit de la santé, le droit de l’environnement, le droit humanitaire... Le plus souvent, les juristes ont besoin de cumuler les masters professionnels et de recherche afin de mettre plusieurs cordes à leur arc. On ne leur demande pas d’être généralistes et de connaître tous les domaines mais d’être de vrais spécialistes en plusieurs domaines, ce qui revient à énormément travailler. A cet égard, un cabinet d’avocats reprochera rarement à un jeune diplômé d’avoir cumulé trop de diplômes.

Espace Conseil - Les Différents Labels Nationaux et Internationaux

Reconnaissances et Labels Nationaux

Labels décernés par le Ministère de l’Éducation nationale

  • Les Visas d’Etat :

    - Le Visa de l’Education nationale est attribué, à une formation, suite à une procédure longue et contraignante pour toutes les écoles à l’exception des écoles de commerce. Le Visa est obtenu pour 1 à 6 ans, suite auxquels une demande de renouvellement est à présenter à l’Agence d’Evaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur.

    - Le Visa des Ecoles de Commerce : Géré par la CEFDG (Commission d’Evaluation des Formations et Diplômes de Gestion) ou « Comission Helfer », la procédure d’obtention de ce visa concerne les programmes de niveau Bac + 3 à Bac + 5 proposés au sein des écoles de commerce reconnues par l’Etat depuis au moins cinq ans. Les programmes doivent monter un dossier solide et très complet et se soumettre à un audit in situ. Suite à cela, la commission émet un avis sur lequel le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche prendra position sur l’attribution, ou non, de ce visa.

  • Le Grade Master : Issu de la réforme LMD pour harmoniser les diplômes entre l’université et les écoles. Ainsi, pourront délivrer le Grade Master les grandes écoles de Gestion/Commerce qui feront une demande auprès de la CEFDG et en obtiendront l’attribution validée par le Ministère pour une durée déterminée (2 à 6 ans).

  • L’enregistrement au RNCP (Certification) : La Commission Nationale des Certifications Professionnelles (CNCP) enregistre les certifications professionnelles des formations au Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP). Cette commission fournit son avis au Ministère de la Formation Professionnelle qui, seul, prend la décision. Ces certifications s’articulent sur 5 niveaux.

Les Diplômes cautionnés par les pairs

  • La CGE délivre des diplômes nationaux/labels sanctionnant 5 ans d’études supérieures au moins (Ex. : Mastère spécialisé, Master of Science…).

Labels Internationaux

  • L’accréditation AACSB : Label international, marque d’excellence pour les Ecoles de Commerce dispensant des programmes de Gestion et de Comptabilité.
  • Le label AMBA : Label britannique qui vise à promouvoir les formations de MBA et à garantir la qualité de certains programmes. L’accréditation porte sur l’approche pédagogique, transculturelle et la compétence de l’établissement à former des managers.
  • Le Label EQUIS : Accréditation européenne, se posant comme garantie de la qualité de gouvernance, d’internationalisation et d’enseignement d’un établissement.

Espace Conseil - LE SYSTEME LMD (Licence – Master – Doctorat)

Le système LMD est la principale conséquence de la décision prise par 29 pays de l’espace européen d’harmoniser leurs systèmes éducatifs. L’objectif global de cette harmonisation : permettre les comparaisons et les équivalences au niveau international, favoriser la mobilité des étudiants et leur accès au monde du travail en Europe.

Quels objectifs ?

  • Rendre lisible les diplômes au niveau européen : Les universités des pays affiliés au processus de Bologne ont harmonisé l’appellation des diplômes (Bac +3 : Licence, Bac +5 : Master, Bac +8 : Doctorat).
  • ECTS : Définir les équivalences universitaires : Les European Credit Transfer System (ECTS) comptabilisent le nombre de modules suivis par les étudiants en reflétant leur importance et harmonisent la valeur des diplômes européens. La licence correspond à 180 ECTS, tandis qu’un master équivaut à 120 ECTS. NB : Ces crédits peuvent, à l’occasion, être accordés dans le cadre d’un stage pratique.
  • La mise en place des UE et des ECTS : Les UE correspondent à un ensemble de cours. Chaque UE se voit attribuer un certain nombre d’ECTS. A noter qu’une annexe descriptive aux diplômes précise les compétences acquises par l’étudiant afin d’assurer, dans le cadre de la mobilité internationale, la lisibilité de ses connaissances et de ses aptitudes.
  • La semestrialisation : Elle vise à une meilleure répartition de la charge de travail et à une plus grande souplesse permettant d’alterner périodes d’études et de travail.
  • Le principe de sélection : Une barre de sélection existe entre la L3 et le M1, mais la liberté dont jouissent les universités fait que les pratiques diffèrent.

Espace Conseil - Se Repérer dans la Jungle des Formations

Il n’est pas facile d’obtenir une information complète et pertinente sur son projet de poursuite d’études. Voici quelques conseils pour vous aider dans votre prise de décision…

  • Se renseigner dans sa propre université ou école (professeurs, élèves, chargés de TD évoluant dans les programmes qui vous attirent)
  • Se rendre sur les salons d’orientation et participer aux journées portes ouvertes (JPO)
  • Rencontrer des professionnels de l’orientation (CIO et SCUIO)

Pour tous les étudiants de Bac +3 à Bac +5 et les professionnels en reprise d’études

www.meilleurs-masters.com

- Présentation complète des masters, MS et MBA classés,
- Messages des directeurs des meilleurs masters,
- Service de demande d’information et service de retrait des dossiers de candidature et préinscription

Pour les étudiants qui souhaitent partir faire un master à l’étranger

www.best-masters.com

Ce site référence le Top 4 000 des Meilleurs Masters et MBA dans le monde dans 30 spécialités

L'agence EDUNIVERSAL

  • L'agence Eduniversal traite des centaines de cas par an d’étudiants désireux de poursuivre leurs études. Force est de constater, au travers de cet observatoire, que les étudiants sont, dans la plupart des cas, très peu renseignés sur toutes les possibilités qui leur sont offertes.
  • Quand un étudiant accède à un meilleur niveau d’information, ses décisions changent dans 90 % des cas ! C’est ce que constatent nos consultants. Votre première garantie de réussite est la recherche des bonnes informations et bien sûr de celles qui s’appliquent exactement à votre cas.

Espace Conseil - S’inscrire dans une logique de Double Compétence

La logique de la double compétence consiste à associer à votre diplôme initial une formation complémentaire vous permettant d’aborder un tout autre champ de connaissances.

  • Les « plus » de la double compétence :
    - Vous n’êtes plus spécialiste dans un domaine, mais polyvalent.
    - Vous pouvez opter pour l’enrichissement de votre formation initiale.
    - Une compétence en management est de plus en plus recherchée par les recruteurs.
    - Elle permet de prendre du recul et de « digérer » la première étape, d’entamer une nouvelle phase avec enthousiasme.
    - Cette stratégie a l’avantage de vous ouvrir des portes et d’élargir vos cibles.
    - La double compétence vous donne les moyens de changer de voie, de vous « réorienter ».
  • Candidature et sélection pour les masters « double compétence » : Si elle peut être accompagnée d’épreuves écrites de connaissances ou d’aptitudes, cette sélection tient surtout énormément compte de votre projet professionnel, de votre motivation et de la cohérence de votre parcours de formation. Pensez donc à soigner votre argumentation en vu du moment où vous aurez à défendre votre choix d’orientation.

UN tremplin pour donner une autre dimension a sa carriere

A propos des ingénieurs ou scientifiques :

Les consultants Eduniversal constatent que beaucoup d’élèves ingénieurs ne souhaitent pas se destiner aux métiers de l’ingénierie et à des fonctions disposant d’une forte ouverture technique et scientifique.
Dans ces cas-là, tout donnerait à penser que ces personnes se sont placées dans une situation bien délicate en suivant inutilement un cursus long et difficile… Il n’en est rien ! En effet, un des atouts des ingénieurs et plus largement des scientifiques (master 1 et 2 en chimie, biologie, physique…) repose sur leur adaptabilité et leur forte capacité à apprendre. Ainsi, ils peuvent envisager une poursuite d’études dans des domaines aussi variés, par exemple, que le conseil stratégique, la finance d’entreprise, de marché, le marketing, les achats ou même les ressources humaines !

Espace Conseil - Trouver des solutions pour financer ses études

Le financement des études demeure pour nombre de cas une difficulté. Il existe, certes, des systèmes de bourse mais ils sont rares et s’appliquent pour des montants limités, ce qui contraint l’étudiant à trouver d’autres solutions.

  • Le prix des formations de niveau Bac +5 en France augmente à la même vitesse que le marché s’internationalise. La plupart des masters universitaires sont proches de la gratuité, mais leurs tarifs ont tendance à augmenter, notamment dans les IAE. Dans certaines grandes écoles, un MS peut atteindre jusqu’à 20 000 €.
  • Cependant, les études doivent être réalisées en toute indépendance et ne sauraient être le fruit d’une contrainte. Il est important de penser sa formation à long terme et de ne pas s’arrêter à la seule considération économique, si la motivation est réelle.
  • Contactez les banques, comparez les différentes offres de prêts étudiants. Certains prêts à taux zéro sont très avantageux, avec la possibilité de différer le paiement au moment de son insertion professionnelle.

Les formations ouvertes à l’apprentissage

  • L’apprentissage est une formule d’enseignement qui permet de dispenser des formations en alternance, formalisées par le contrat d’apprentissage.
  • Tous les jeunes de 16 à 25 ans peuvent bénéficier de cette formule. La limite d’âge peut être repoussée lorsque le nouveau contrat d’apprentissage conduit à un niveau de diplôme supérieur au premier contrat.
  • Trouver un centre de formation (CFA) et un employeur. Pour se faire, multiplier les contacts directs et les candidatures spontanées auprès des petites structures, contactez votre conseil régional et la chambre de commerce la plus proche pour y trouver d’éventuelles offres, connectez-vous sur le site www.enalternance.com.
LES + DE L’APPRENTISSAGELES - DE L’APPRENTISSAGE
Solide expérience à mettre en avant lors de la recherche d’emploi Rythme de travail très élevé
Vous gagnez de l’argent (indépendance financière) et vous faites des contacts La nécessité d’être très organisé pour combiner emploi et études
Maturité : très vite opérationnel, vous connaissez la réalité du monde du travail Le rythme soutenu peut conduire l’étudiant à faire passer ses études au second plan et donc à négliger ses examens

Comment aborder la question du coût des formations ?

  • Une formation est un investissement : VRAI
    Il ne faut pas oublier que se former, c’est apporter de la valeur à « l’entreprise de soi ». Il faut que cet investissement soit rentable et une étude préalable s’impose à ce sujet. Au-delà du montant de la formation, plus ou moins élevé selon les structures, n’oubliez pas qu’une année d’études est une année sans salaire et représente donc forcément un coût !
  • Autant économiser et privilégier une formation « dite » non payante puisqu’il en existe : FAUX
    En effet, il n’est pas bon de partir de ce postulat et de vous baser sur ce seul critère pour faire vos choix. D’excellents programmes existent dans les universités mais force est de constater que les formations des écoles sont souvent plus efficaces pour réussir votre entrée sur le marché du travail (temps de recherche d’emploi plus court, salaires plus élevés, meilleure évolution de carrière). Là encore, c’est au cas par cas qu’il faudra trancher !
  • Parmi les formations payantes, plus le tarif est élevé, plus la qualité et la reconnaissance sont fortes : FAUX même si cela demeure VRAI dans bien des cas
  • Une grande diversité de tarifs existe et ce n’est pas la formation la plus coûteuse qui sera forcément celle que vous devez privilégier au regard de votre projet professionnel. Certes, les meilleures écoles sont aussi celles qui proposent bien souvent les tarifs les plus élevés, ce qui s’explique par la qualité de la formation, des intervenants et des moyens mis à disposition. Renseignez-vous donc au mieux et de manière précise avant de vous engager dans une candidature : il faut toujours analyser l’investissement d’après vos besoins de formation et votre projet professionnel !
  • Une formation payante est plus accessible : FAUX, même si c’est VRAI dans certains cas
    Même si le nombre des dossiers présentés en université (où la plupart des masters professionnels ou de recherche ont un coût faible) est bien souvent très élevé, les candidatures sont aussi très nombreuses et de qualité pour les formations payantes. Vous risquez donc de vous retrouver sans rien si vous pensez, comme certains, qu’il suffit de payer pour être admis !
  • Il est possible d’obtenir un prêt pour financer ses frais de scolarité : VRAI
    D’ailleurs, la majorité des étudiants qui intègrent un master payant financent leur formation, en totalité ou en partie, par un prêt. Pour plus de renseignements, se reporter à la partie consacrée au financement des masters.

Espace Conseil - La Lettre de Motivation

Il est important lors de la rédaction de celle-ci de savoir montrer l’adéquation de son projet et de ses motivations avec le programme de son choix. Elle n’est pas une simple formalité, mais un réel exercice de style et une épreuve de communication.

  • La présentation :
    - Elle peut tout à fait être dactylographiée, sauf s’il est expressément précisé qu’elle doit être rédigée de manière manuscrite.
    - Elle doit, dans l’idéal, se limiter à une page. Il est certains cas où deux pages seront nécessaires, dans ce cas-là, évitez alors à tout prix le « rectoverso ».
    - Veillez à respecter une marge sur la gauche, ainsi que sur la droite, puis écrivez droit, proprement et lisiblement.
    - Votre lecteur va être amené à lire de multiples lettres, aussi soyez irréprochable. Privilégiez un style simple, bannissez les fautes d’orthographe et respectez les règles de présentation traditionnelles.
  • Le Contenu :
    - Votre lettre de motivation doit reprendre les grandes lignes de votre parcours, votre projet professionnel et vos motivations.
    - Soulignez la cohérence entre le déroulement de votre parcours et vos objectifs de carrière. Gardez toujours à l’esprit que votre lettre est un véritable document de communication et qu’il doit répondre à une certaine logique.
    - Sachez également mettre en exergue le caractère indispensable que représente à vos yeux l’intégration du master dans l’optique de la réalisation de vos projets.
    - Sachez donner une touche personnelle à votre lettre. Utilisez les points spécifiques de votre parcours comme des atouts.

CONSEIL Eduniversal

- Ecrivez en noir, encre plus lisible pour votre lecteur ;
- Si vous devez écrire cette lettre, n’hésitez pas à utiliser une feuille de lignes afin d’écrire droit ;
- Veillez à aligner votre texte à droite comme à gauche.

Malgré tout, les lettres de motivation dactylographiées sont rentrées dans les moeurs.

Espace Conseil - Le Curriculum vitae

De plus en plus de masters exigent que vous joigniez votre CV à votre dossier de candidature. Ce document doit permettre au jury de voir rapidement toutes les facettes de votre parcours académique, professionnel et personnel.

  • La Présentation :
    - Il doit être clair et facile à lire. Limitez-le à une page si vous ne bénéficiez pas d’une expérience professionnelle riche et qualifiante.
    - Privilégiez une mise en page, certes personnalisée, mais conventionnelle.
    - Lors de l’écriture du nom de votre destinataire, renseignez-vous sur son titre et inscrivez-le.
    - Bannissez, là encore, les fautes d’orthographe.
  • Le Contenu :
    Il doit être divisé en plusieurs rubriques : le parcours académique, votre expérience professionnelle, votre maîtrise des langues étrangères et des outils informatiques, puis enfin, vos centres d’intérêt.

    - Le parcours académique : indiquez vos différents diplômes, année par année, en commençant par le dernier en date. Précisez l’année d’obtention du diplôme ainsi que l’établissement dans lequel il a été obtenu. Indiquez les mentions ou le sujet de votre mémoire s’il est en rapport avec le master auquel vous postulez
    - L’expérience professionnelle : inscrivez le détail de vos expériences professionnelles, en précisant votre rôle et vos missions. Mettez principalement en avant les stages ou jobs en rapport avec le programme visé.
    - Langues et Informatique : soyez honnête. Sachez faire la différence entre un anglais courant et un anglais bilingue. Indiquez les tests que vous avez passés (C2i, TOEIC, GMAT…).
    - Centres d’intérêt : soyez prompt à vous différencier des autres candidats. Le jury saura vous évaluer par votre sens des responsabilités (trésorier d’une association ?) ou de votre ouverture culturelle. Enfin, si vos centres d’intérêt sont la lecture ou le cinéma, indiquez quels sont vos auteurs favoris, ou bien les courants que vous préférez.

CONSEIL Eduniversal

N’hésitez pas à faire relire votre CV par différents professionnels afin d’avoir un avis objectif sur ce que vous avez rédigé.

Espace Conseil - Les Entretiens de Sélection

L’entretien constitue l’ultime étape préalable à l’intégration du master, MS ou du MBA de votre choix. Vous allez devoir savoir convaincre le jury de votre motivation et de l’adéquation de votre profil avec les exigences de la formation.

Certains programmes font passer des entretiens aux deux tiers de leurs candidats. D’autres programmes, comme des masters professionnels très demandés, ne reçoivent que 10 à 20 % des postulants. D’une manière ou d’une autre, l’entretien est tout, sauf une simple formalité. Il s’agit d’un exercice qu’il convient de préparer en amont.

  • La forme de l’entretien :
    - Ne négligez aucun détail de forme relatif à cet exercice. Choisissez une tenue vestimentaire adaptée et évitez les fantaisies.
    - Prêtez attention à votre manière de parler et de vous tenir. Vous avez peu de temps pour faire bonne impression, il vous faut rester concentré.
    - Paraissez agréable, souriant et déterminé.
  • Le contenu de votre discours :
    - Vous serez d’autant plus convaincant dès lors que votre discours sera bien préparé. Aussi, il est important de réfléchir préalablement aux potentielles questions qui pourraient vous être posées.
    - De la même manière, vous vous devez de penser à comment vous allez présenter vos réponses et exposer votre motivation. Il vous revient d’élaborer un véritable « argumentaire » afin de pouvoir vous « vendre » sous votre meilleur jour.

CONSEIL Eduniversal

La lettre de motivation est ce que le jury va consulter en premier. C’est dans ce document que se trouvent les éléments incontournables du profil du candidat : Qui est-il ? Pourquoi postule-t-il à ce programme ? Est-ce logique ?

Une mauvaise lettre de motivation est donc une lettre « passe-partout », impersonnelle et dont le manque d’implication est palpable. Cela peut également être une lettre qui flatte le jury, insistant démesurément sur la qualité d’un programme ou de l’établissement. En y consacrant une trop grande partie, le candidat peut, finalement, occulter de mettre en valeur ses propres caractéristiques, et ne pas livrer aux décisionnaires les informations dont ils ont besoin.

Espace Conseil - Les Essais et Questions de Dossier

Certains dossiers de candidature de masters ou de MBA comportent des questions auxquelles il convient de répondre en quelques lignes. Ces questions portent souvent sur les qualités, défauts ou encore la motivation du candidat. Ces essais, ou questions, peuvent jouer un rôle déterminant dans l’admissibilité du candidat.

  • Le rôle des questions d’un dossier de candidature :
    - Il y a de grandes chances que l’on vous pose des questions sur votre parcours académique, vos stages, vos expériences pour permettre au jury de mieux cerner votre profil.
    - Les questions plus personnelles permettent, quant à elles, d’évaluer des qualités rédactionnelles de synthèse et d’analyse.
    - Ces essais sont également un bon moyen d’évaluer la maturité des candidats, aussi faut-il y être préparé.
  • Comment bien rédiger essais et réponses aux questions du dossier :
    - La présentation doit être soignée, tout comme votre écriture et votre orthographe. Veillez à composer dans un style clair et précis.
    - Réfléchissez au contenu de vos réponses, variez vos exemples. Evitez, si possible, d’utiliser le même exemple pour répondre à des questions différentes. Puisez dans vos expériences à l’étranger ou extra-académiques pour enrichir votre profil.
    - Faites preuve de maturité. Ne restez pas dans une approche descriptive, mais approfondissez l’aspect analytique de votre vécu.
    - Soyez franc… habilement. Ne critiquez pas vos propres choix, et sachez mettre en avant votre sens de l’adaptabilité. Montrez-vous malin. Tournez de manière positive certaines caractéristiques de votre personnalité.
    - Soyez original. Même si cela doit rester conventionnel et répondre à certaines exigences de forme et de fond, faites preuve d’esprit et personnalisez vos réponses.

Après avoir longuement discuté avec le directeur du master qui m’intéressait, je me sens prête à candidater et à soumettre un dossier adéquat. Je cerne mieux les enjeux de ce programme et suis donc plus à même de proposer des réponses pertinentes aux questions qui figurent dans le dossier de candidature !

Caroline L., étudiante

Espace Conseil - Les Tests

Il est impératif de vous renseigner afin de connaître les exigences des formations en ce qui concerne les différents tests. Certains programmes requièrent des garanties bien particulières sur votre niveau linguistique ou logique.

Les tests linguistiques

  • Le TOEFL (Test Of English as a Foreign Language). Il évalue les aptitudes linguistiques des étudiants non-anglophones souhaitant intégrer les systèmes universitaires nord américains. Il est composé de quatre sections et dure un peu plus de quatre heures : listening, speaking, reading et writing. Vous pouvez préparer le TOEFL au moyen de cours ou de CD-ROM. Les services du TOEFL organisent eux mêmes une préparation : www.toefl.org
  • Le TOEIC (Test Of English for International Communication). Il a été mis en place afin de répondre aux besoins du monde du travail. Il fournit aux entreprises un outil de mesure permettant d’évaluer l’aptitude des salariés à communiquer en anglais dans un contexte professionnel ou dans des situations de communication internationale. Il est constitué d’un QCM de 200 questions, 100 sur la compréhension orale et 100 sur la compréhension écrite.

Les tests d’aptitude au management

  • Le TAGE MAGE (Test aux Aptitudes de Gestion) vise à évaluer les aptitudes des candidats à la mémorisation, à la compréhension, à l’analyse, au raisonnement et à la résolution de problèmes. Il est composé de six épreuves regroupées en trois grandes parties : résolution de problèmes (calcul, conditions minimales), aptitudes verbales (compréhension, expression) et raisonnement logique.
  • Le GMAT (Graduate Management Admission Test) est un examen standard qui mesure les compétences générales verbales, mathématiques et rédactionnelles analytiques des candidats. On y trouve quatre exercices distincts : deux rédactions analytiques en 30 minutes chacune, et deux dernières parties sous forme de QCM en deux fois 75 minutes.

CONSEIL Eduniversal

Le GMAT est souvent essentiel pour intégrer un MBA. Si un bon score ne vous garantit pas une place dans la Business School que vous souhaitez intégrer, un mauvais score aura tendance à vous fermer beaucoup de portes. Aussi, étudiez bien les scores moyens des différentes universités. Pour les programmes très compétitifs des universités américaines, visez un score minimum de 700 points.

Espace Conseil - L’Entrée dans le Monde du Travail

Effectuer le master/MBA de votre choix n’est pas la seule garantie qui vous permette d’embrasser la carrière que vous envisagez. Il vous revient également de vous démener afin de trouver une entreprise susceptible de pouvoir vous accueillir.

  • Trouvez un stage ou une mission en entreprise :
    - Utilisez le réseau des anciens, et rédigez un certain nombre de candidatures spontanées.
    - La plupart des masters professionnels, MS ou MBA vous obligent à réaliser un stage en entreprise, ce qui peut constituer une mission de pré-embauche. Aussi, choisissez bien votre structure d’accueil.
    - Durant votre stage ou mission, il est très important de veiller à entretenir d’excellentes relations avec vos collaborateurs et à vous constituer votre réseau.
  • La recherche d’emploi :
    - Sachez, encore une fois, utiliser votre réseau, si le stage ne conduit pas à une embauche.
    - La démarche peut être longue, en moyenne 3 à 6 mois pour un jeune diplômé. Ne vous découragez pas, votre enthousiasme restant l’une de vos armes principales. Ne dévalorisez jamais la qualité de votre diplôme.
  • Utilisez les nouvelles technologies :
    - Utilisez Internet pour vous informer sur les entreprises. Les sites de ces dernières sont bien souvent des mines d’informations utiles pour votre lettre de motivation et pour votre entretien potentiel.
    - Déposez votre candidature en ligne, car de plus en plus de sociétés vous y encouragent. N’oubliez pas de personnaliser vos lettres de motivation.
    - Recherchez un stage ou un emploi sur un site spécialisé. Ces sites, mis à jour quotidiennement, peuvent parfois vous permettre de recevoir d’une à plusieurs fois par semaine des offres de postes adaptés à votre attente, à votre profil et à votre expérience.

85 % des candidats ont été recrutés grâce à des moyens accessibles à tous

Réponse à une offre d’emploiCandidature SpontanéeCVthèquesForums ou Salons
45 % 30 % 6 % 4 %

15 % des candidats ont été recrutés grâce à des méthodes de sourcing confidentielles

RéseauCooptationAutres *
8 % 4 % 3 %

*(Chasse de tête, stagiaire, association d’anciens élèves…)

Espace Conseil - Se former tout au long de sa vie

  • La formation continue diplômante :
    - La formation des salariés, une problématique d’ordre stratégique. Se former tout au long de sa vie permet l’amélioration des performances, l’accroissement de la productivité et l’adaptabilité aux mutations du marché du travail.
    - Les professionnels ont le choix entre les formations continues non diplômantes, simples modules de formation et de mise à niveau, et les formations diplômantes. Ces programmes permettent l’obtention d’un titre  ou d'un diplôme, au terme d’une formation principalement destinée à un public étudiant. Il s’agit ici d’une véritable reprise d’études.
  • L’intérêt de la reprise d’études :
    - Booster sa carrière, en validant un diplôme qui vient compléter un parcours académique initial et une expérience professionnelle pour rendre possible l’accès à de plus larges responsabilités.
    - Changer de voie, le diplôme obtenu agissant alors comme un gage de leur aptitude à être opérationnel dans de nouvelles fonctions.
    - Actualiser ses compétences. Le marché du travail étant en perpétuelle évolution, acquérir la maîtrise de nouveaux outils et s’informer des nouvelles tendances afin de pouvoir être performant dans son activité est essentiel.
  • Les différentes modalités d’une reprise de formation :
    - Le Congé Individuel de Formation (CIF). Durant votre formation, votre contrat de travail est suspendu mais pas rompu. La durée de votre congé correspond à celle de votre formation, mais ne peut dépasser 1 200 heures si la formation se réalise à temps partiel, ou un an si la formation est à temps plein.
    - Le plan de formation de l’entreprise rassemble l’ensemble des actions de formation et les bilans de compétences retenus par l’employeur à destination de ses salariés. Habituellement à l’initiative de la direction, les formations peuvent tout à fait être proposées par les salariés ou représentants du personnel.
    - Le financement personnel de sa formation. Il peut se faire soit par le biais d’un prêt, soit avec des fonds propres.

Espace Conseil - Se Rapprocher des Entreprises dès le Master

Pourquoi et Comment ?

  • N’attendez pas la fin du master pour être curieux et poser vos questions aux professionnels. Restez en contact avec vos anciens maîtres de stage et collaborateurs.
  • Ne négligez pas les contacts apportés par votre entourage : famille, amis, collègues, professeurs…
  • Provoquez des rencontres et créez vos propres contacts : réseaux d’anciens, associations professionnelles, salons spécialisés…
  • Par vos lectures (presse, Internet...), tenez-vous informés des enjeux auxquels les entreprises sont confrontées et de la manière dont réagissent les sociétés évoluant dans les secteurs qui vous intéressent.

Les forums de recrutement organisés dans les écoles et les universités

  • Les écoles de commerce et d’ingénieurs ont coutume d’organiser, bien souvent sous l’entière responsabilité d’associations étudiantes, des forums de recrutement et d’information sur les entreprises. Les universités et les IAE se mobilisent aussi de plus en plus sur la question, soucieuses d’accompagner leurs étudiants vers l’emploi.
  • Il s’agit d’une occasion importante (qui ne doit pas rester la seule) de faire venir l’entreprise au sein des établissements.
  • Dans les structures les plus dynamiques, ces événements, qui durent d’un jour à une semaine, peuvent avoir lieu plusieurs fois par an. Généralistes (accueillant tous types d’entreprise) ou spécialisés (journées consacrées à certains secteurs), ces forums sont une opportunité pour chacun de se faire connaître.
  • Pour l’étudiant, c’est une occasion d’échanger, d’observer et d’accéder en direct à un certain nombre d’informations mais aussi de découvrir de nouveaux domaines et ainsi de préciser ses attentes. Vous pourrez retirer tout cela de votre participation à un forum si vous la préparez un minimum.

Vous souhaitez en savoir +
sur le classement Eduniversal ?