TOP 10 2016 - Master Management Public

Voir

Légende

  • Interview vidéo du responsable du programme

  • Informations détaillées / Plaquette du programme

  • Demande d'informations complémentaires

  • La formation est, de façon certaine, totalement ou partiellement financée par une entreprise d’accueil (long stage alterné conventionné, contrat d’apprentissage, contrat de professionnalisation).



Partagez ce classement
Interview de Jérôme DUPUIS
MCF IAE Lille, responsable du master Manager Territorial, membre du LEM (UMR CNRS 9221), Membre du comité expert en management public de l'INET CNFPT, Président de l'Association pour la Recherche et l'Expertise en Management Public Territorial

« Alors que le management public semble de plus en plus reconnu dans les champs professionnels et académiques, celui-ci est aujourd’hui soumis à des incertitudes et des tensions. Des incertitudes dans son contenu : est-ce une science de l’action dans l’univers public, est-ce un art considéré comme un ensemble de pratiques professionnelles expérimentées, déployées et diffusées par les managers publics ? Des tensions suite aux différentes réformes inspirées des 4 M (« maintenir, moderniser, marketiser, minimiser » ; Pollitt et Bouckaert, 2000) ayant impacté les organisations publiques : le mimétisme des méthodes du privé comme la standardisation des instruments de gestion ainsi introduits ayant interrogé les valeurs, le sens et la vocation des services publics.

C’est ainsi que les parcours de formation consacrés au management public se définissent, pour la plupart d’entre eux, par quatre dimensions particulièrement imbriquées les unes aux autres (Mazouz, 2014) : les institutions porteuses de valeurs, de croyances et de cultures ; les « structures d’offre de services publics » inférant des modes singuliers d’organisation et d’intervention ; les outils de gestion adaptés aux types de décisions politiques et publiques ; les démarches managériales propres à favoriser la prise d’initiatives et l’implication des parties prenantes internes et externes dans les processus décisionnels.

Cela suppose le développement de savoirs et de compétences en management stratégique et opérationnel de nature à répondre aux trois postures des gestionnaires publics : maitre d’œuvre dans la mise en place de dispositifs d’amélioration continue de la performance globale de leurs organisations ; assistant à maîtrise d’ouvrage dans leur contribution à la coproduction et à l’évaluation des politiques publiques ; représentant du maitre d’ouvrage les portant à concourir à l’élaboration et au déploiement de projets multi acteurs et multi échelles. »