TOP 15 2017
Master Droit des Affaires

Choisir une licence ou un bachelor en Droit des Affaires - lumière sur la spécialité

Le secteur du Droit des Affaires

Le droit reste aujourd’hui l’un des domaines les plus vastes et les plus complets dans le tissu de l’emploi en France. En constante progression, il pèse aujourd’hui plus de 31 milliards d’euros, contre 24 en 2015. Les possibilités d’emplois sont nombreuses car plus de 430 000 personnes travaillent, en 2018, directement dans le monde du droit.

Le droit des affaires s’étend lui aussi à plusieurs secteurs puisqu’il va concerner le droit des sociétés, le droit bancaire ou bien encore le droit des procédures collectives.

Branche du droit privé, le droit des affaires reste la référence en matière de règles du jeu que doivent connaitre l’ensemble des indépendants.

int_roue Master/MS/MBA en Droit des Affaires

Vouloir poursuivre son cursus en Master, MS ou MBA en Droit des Affaires revient à posséder un bagage dans le domaine relativement important. La plupart des formations recrutent à Bac +3 mais certaines, en un an, recrutement directement en Master 1. Les élèves auront donc déjà l’expérience d’une quatrième année dans le domaine ou bien d’une licence ou d’un bachelor ayant enseigné les bases du domaine.

Les enseignements vont donc être de plus en plus poussés au fur et à mesure du cursus. Des matières telles que droit des sociétés, droit bancaire, droit fiscal, droit du travail seront étudiés, à la fois dans un contexte national mais également international et parfois même à l’échelle d’un pays spécifique (droit financier américain) par exemple.

Toutes ces formations ont le point commun de préparer les futurs diplômés à être opérationnels dés la sortie des études. Les profils recherchés après un Master, MS, MBA en droit des affaires sont des profils ultras complets et capables de faire face à toutes les problématiques, peu importe le type de situation rencontrées.

Ce cursus se complète, le plus souvent, par des stages en cabinet d’avocats ou en entreprise par exemple. On trouve également des formations obligeant les étudiants à réaliser un mémoire qui clôturera la dernière année de cours.

int_oeil L’œil du spécialiste : pourquoi faire un master, un MS ou un MBA en Droit des Affaires ?

Comme nous l’explique Marie Caffin-Moi, Doyen de la Faculté de Droit de l’Université de Cergy-Pontoise et Co-directrice du Master 2 DJCE : « Le droit des affaires est prisé par de nombreux étudiants, soucieux de trouver un emploi dans les cabinets d’affaires ou les directions juridiques. Les visages du droit des affaires sont multiples, au point qu’un premier choix fondamental s’impose entre un Master généraliste en droit des affaires et un Master spécialisé. Un master généraliste a l’immense avantage de permettre à l’étudiant d’avoir une perception globale de l’entreprise. Cette pluridisciplinarité est précieuse à l’heure où les cabinets d’affaires développent des spécialités nécessitant des compétences transversales. Un master plus spécialisé garantit quant à lui une formation de niche, qui peut correspondre à de forts besoins du marché de l’emploi à une époque donnée.

Lorsque l’étudiant fait son choix, il devra prêter une attention particulière non seulement aux dispositifs proposés en termes d’insertion professionnelle (stage, apprentissage, certifications, rencontres avec des professionnels, parrainages) et de débouchés dans des formations complémentaires (LLM, échanges internationaux, Ecoles de commerce), mais également à l’implication de l’équipe pédagogique et de la direction du diplôme.

Quant aux qualités requises par ces formations souvent très sélectives, l’attention est souvent portée sur le parcours académique des candidats, mais aussi sur les stages ou emplois et, de manière de plus en plus évidente, sur la maîtrise de l’anglais, sans laquelle les recrutements dans les cabinets d’avocats et directions juridiques deviennent très difficiles. »

int_malette Travailler dans le secteur du Droit des Affaires

Après un Master/MBA en Droit des Affaires, l’entrée sur le marché du travail se fait en douceur et les capacités des diplômés seront rapidement mis en œuvre. Le métier le plus emprunté est, bien entendu, celui d’avocat d’affaires.

Sa mission principale est de conseiller les sociétés dans l’ensemble des aspects juridiques de leur projet et de les défendre en cas de litiges. L’avocat d’affaires sera le véritable garant du bon fonctionnement d’une entreprise et suivra ses clients dans leur développement.

Il pourra travailler dans des cabinets français de taille moyenne mais également dans des institutions anglo-saxonnes ou mondiales qui bénéficient d’un réseau de clients à l’échelle internationale. La maitrise de l’anglais doit donc être parfaite si l’on veut se construire une carrière et une solide réputation dans ce milieu.

int_ecran Le secteur du Droit des Affaires en 2018

Le quotidien d’un avocat en droit des affaires peut parfois être difficile et il convient de bien avoir conscience des spécificités de ce métier avant de se lancer dans l’aventure.

Il existe un grand nombre d’avocats et il n’est parfois pas simple de faire sa place face à ses concurrents. Une grande ténacité et de la rigueur sont attendus pour faire la différence et le sens de l’analyse/synthèse permettra à l’avocat d’affaires de faire sa place.

Métier de relations par excellence, l’avocat en droit des affaires a l’obligation d’exceller dans cet exercice sous peine d’avoir des difficultés à trouver des clients.

int_etoile Le classement des masters, MS et MBA en Droit des Affaires

Le classement 2017 dans la spécialité « Droit des Affaires » a rendu son verdict et le moins que l’on puisse dire c’est que c’est un véritable plébiscite pour l’Université Paris II – Panthéon Assas qui place 4 programmes aux 4 premières places :

  • Magistère de juriste d'affaires – DJCE
  • Master professionnel Droit des Affaires et Fiscalité
  • Master 2 Droit Bancaire et Financier
  • Master 2 Recherche Droit des Affaires

 

L’Université Paris-Dauphine complète le top 5 avec son Master 2 Droit des Affaires – 214.

Interview de Marie CAFFIN-MOI

Doyen de la Faculté de Droit de l’Université de Cergy-Pontoise, Co-directrice du Master 2 DJCE

« Le droit des affaires est prisé par de nombreux étudiants, soucieux de trouver un emploi dans les cabinets d’affaires ou les directions juridiques. Les visages du droit des affaires sont multiples, au point qu’un premier choix fondamental s’impose entre un Master généraliste en droit des affaires et un Master spécialisé. Un master généraliste a l’immense avantage de permettre à l’étudiant d’avoir une perception globale de l’entreprise. Cette pluridisciplinarité est précieuse à l’heure où les cabinets d’affaires développent des spécialités nécessitant des compétences transversales. Un master plus spécialisé garantit quant à lui une formation de niche, qui peut correspondre à de forts besoins du marché de l’emploi à une époque donnée.

Lorsque l’étudiant fait son choix, il devra prêter une attention particulière non seulement aux dispositifs proposés en termes d’insertion professionnelle (stage, apprentissage, certifications, rencontres avec des professionnels, parrainages) et de débouchés dans des formations complémentaires (LLM, échanges internationaux, Ecoles de commerce), mais également à l’implication de l’équipe pédagogique et de la direction du diplôme.

Quant aux qualités requises par ces formations souvent très sélectives, l’attention est souvent portée sur le parcours académique des candidats, mais aussi sur les stages ou emplois et, de manière de plus en plus évidente, sur la maîtrise de l’anglais, sans laquelle les recrutements dans les cabinets d’avocats et directions juridiques deviennent très difficiles. »

Vous souhaitez en savoir +
sur le classement Eduniversal ?